Site sur les anévrismes cérébraux
Constitution du cerveau Constitution du cerveau Système nerveux Système nerveux Artères cérébrales Artères Nerfs crâniens Nerfs crâniens Circulation artérielle cérébrale Circulation artérielle Symptômes avant-coureurs d'une rupture d'anévrisme Symptômes Symptômes avant-coureurs d'une rupture d'anévrisme avant-coureurs Anévrisme cérébral Anévrisme Traitements d'un anévrisme cérébral Traitements Symptôme de rupture d'un anévrisme cérébral Symptômes Symptôme de rupture d'un anévrisme cérébral de rupture Rupture et hémorragie d'un anévrisme cérébral Rupture et hémorragie Moyens d'exploration du cerveau Moyens Moyens d'exploration du cerveau d'exploration Handicaps invisibles à la suite d'une rupture d'anévrisme cérébral Handicaps invisibles Séquelles d'une rupture d'anévrisme Séquelles Se remettre d'une rupture d'anévrisme S'en remettre Documentation sur les anévrismes cérébraux Documentation Remerciements à propos des anévrismes cérébraux Remerciements Témoignages de personnes atteintes d'une rupture d'anévrisme Témoignages À propos du site sur les ruptures d'anévrismes cérébraux À propos

Présentation des artères et de leurs ennemis

Présentation des artères

Avec les veines et les capillaires, les artères font partie des trois types de vaisseaux dans le corps.
À l'exception de celles pulmonaires, elles transportent le sang provenant du cœur vers les capillaires des différents organes, assurant ainsi l'approvisionnement de ceux-ci en oxygène et en nutriments nécessaires au bon fonctionnement des cellules.

Pour parvenir à irriguer la totalité du corps, elles se divisent en de très nombreuses branches dont les diamètres diminuent de l'artère principale (aorte) jusqu'aux artérioles, ces dernières reliées aux vaisseaux les plus petits du corps humain, les capillaires (environ 1/100e de mm).

La diminution de calibre, de 2,5 cm pour l'aorte à 0,04 mm pour les artérioles, permet d'adapter le flux sanguin à chaque étape de circulation.

Trois types d'artères qui diffèrent par leur calibre et leur structure peuvent être distinguées :
  • élastique ;
  • musculaire ;
  • artériole.

Artères élastiques

Riches en élastine, ces artères de gros diamètre (aorte, carotides) sont capables de se déformer. Cette souplesse naturelle permet d'amortir le caractère pulsatile du flux sanguin fourni par le cœur pour le rendre plus continu.

Remarque
Le pouls est la manifestation de ce caractère pulsatile. Ainsi, deux doigts placés sous la mâchoire inférieure, à peu près au milieu du côté droit ou gauche, perçoivent le battement de l'une ou l'autre des carotides.

Artères musculaires

Composition relative des différentes artèresÉtude pratique du cœur et des vaisseaux de mammifères, par l'Académie de Lille, lycée Valentine Labbé, page 11

Appartenant au réseau intermédiaire, ces artères riches en cellules musculaires lisses fournissent la quantité de sang nécessaire à chaque zone irriguée en adaptant leur diamètre au débit souhaité, celui-ci variant en fonction des besoins du corps.

Artérioles

Vaisseaux sanguins Présentation de l'appareil circulatoire et la circulation sur SlidePlayer, page 28

De fin calibre, ces branches artérielles alimentent les capillaires des tissus au niveau desquels se produisent les échanges entre le sang et les cellules des tissus.
Elles assurent une vascularisation terminale, puisqu'elles sont situées en bout de chaîne de l'irrigation sanguine.

À noter
Dans les capillaires s'organise la transition entre les artérioles et les veinules au cours de laquelle le sang distribue oxygène et nutriments et récupère dioxyde de carbone et déchets du métabolismeensemble des processus d'échanges de matière et d'énergie dans les cellules d'un organe. Les veinules se prolongent par les veines qui rapportent le sang désoxygéné vers la partie droite du cœur, puis, grâce aux artères pulmonaires, vers les poumons pour y être de nouveau oxygéné.
L'athérosclérose altère l'élasticité des artères.

Constitution d'une artère

Dans une artère, trois conduits concentriques ou tuniques enveloppent la zone de circulation sanguine ou lumière. De la plus interne à la plus externe se succèdent :
  • l'intima ;
  • la média ;
  • l'adventice.

Alors que la composition de l'intima reste identique, quel que soit le type de vaisseau concerné, l'épaisseur et la structure des deux autres couches peuvent varier selon la localisation de l'artère et son diamètre.

Deux de ces tuniques sont séparées de la suivante par une membrane élastique :

  • la limitante élastique interne entre l'intima et la média ;
  • la limitante élastique externe entre la média de l'adventice.

Coupe d'une artère Image du site Adetec Copyright © sanofi-aventis france

L'intima

En contact avec la lumière, l'intima est décrite comme l'association de trois parties :

L'endothélium possède des propriétés très importantes ; entre autres, il participe à la vasoconstriction des vaisseaux et lutte contre la formation de caillots. Malheureusement, des lésions comme celles liées à l'athérosclérose peuvent modifier ses aptitudes.

La média

D'une épaisseur variable selon le type d'artère, cette partie intermédiaire est constituée de fibres de collagèneassure la résistance mécanique du tissu conjonctif et d'élastineentre dans la constitution des fibres élastiques associées à cellules musculaires lisses dont le rôle est d'adapter la variation du diamètre du vaisseau au débit sanguin nécessaire. Elle est séparée de la couche suivante par une limitante élastique externe.

L'adventice

Composée de fibres de collagène et d'élastine, elle assure à l'artère une relative rigidité qui protège l'artère en cas de variation importante de pression, ainsi que son ancrage dans les tissus traversés. Elle contient les capillaires (vasa-vasorum) alimentant l'artère.

Artères cérébralesAnterior cerebral artery stroke, in StatPearls Publishing LLC, Image courtesy S Bhimji MD, Copyright © 2019, StatPearls Publishing LLC.

Les artères cérébrales

De diamètre moyen, les artères cérébrales sont majoritairement dépourvues de limitante élastique externe avec une adventice particulièrement mince. De plus, leur média contient moins de fibres élastiques.
Les artérioles se limitent à l'association d'un endothélium et d'une limitante élastique interne.
Cette différence de structure par rapport aux artères classiques peut induire une fragilité de la paroi et, par conséquent, la formation d'un défaut sur un vaisseau sanguin ou à la jonction entre plusieurs artères tel qu'un anévrisme.

Les ennemis des artères

Les ennemis des artèresImage de l'auteure Catherine Boullery, à partir de Tabagisme chez les chômeurs : « C'est une véritable chute, il s'est passé quelque chose d'important » sur 20 minutes ; L'hypertension artérielle en questions, sur franceinfo ; Qu'est-ce que l'artériosclérose, sur ToutCOMMENT et Les calories de l'alcool, sur L'observatoire des aliments

Au cœur de tout AVC existe une cause principale : la santé des artères.
Ainsi, toute affection les touchant ou tout facteur modifiant leur structure, leurs propriétés ou leurs rôles favorisera la survenue d'un AVC.

Si les facteurs de risque ne sont pas tout à fait identiques pour les AVC ischémiques et hémorragiques. Ils restent de deux types :

  • ceux sur lesquels une personne peut agir par une modification de son mode de vie et d'éventuels traitements ;
  • ceux sur lesquels une personne ne peut intervenir (âge, sexe, ethnie, antécédents familiaux).
Ainsi, les principaux facteurs favorisant les AVC hémorragiques sur lesquels une personne peut agir sont :
  • le tabac ;
  • l'hypertension artérielle ;
  • l'athérosclérose ;
  • la consommation excessive d'alcool.

Certains de ces facteurs sont interdépendants. Exemple : agissant sur la tension artérielle, le tabac peut contribuer au déclenchement ou à l'aggravation d'une hypertension artérielle et les deux associés augmentent le risque de rupture.

les facteurs de risque de l'hémorragie sous-arachnoïdienne non traumatique (dans Épidémiologie)

Tabagisme

Ces deux études menées aux États-Unis (étude menée depuis 1948 dans la ville de Framingham,Massachusetts, sur les facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires, dont l'impact du tabagisme) et en Finlande démontrent le rôle du tabac dans les maladies cardiovasculaires et l'hémorragie sous-arachnoïdienne (majoritairement liée à la rupture d'anévrisme).

L'ennemi évitable numéro 1 des ruptures d'anévrismeCigarettes : des petits trous dans les filtres pour une grosse triche ?, sur La dépêche.fr, « la teneur réelle en goudron et nicotine inhalée par les fumeurs serait entre deux et dix fois supérieure pour le goudron et cinq fois supérieure pour la nicotine » RelaxNews

L'étude finlandaise dont les conclusions datent de 2016 a démontré l'importance du tabac comme facteur de risque pour les hémorragies sous-arachnoïdiennes. Sur les trois années d'étude, parallèlement à une diminution de la consommation de tabac de 30 % entre 1998 et 2012 liée aux campagnes antitabac, le taux de HSAhémorragie sous-arachnoïdienne pour 100 000 personnes a chuté de 11,7 (1998 – 2010) à 8,9 (2010 – 2012), soit une baisse globale de 24 %.

Plus précisément, le nombre de cas de l'hémorragie méningée a diminué :

  • de 45 % chez les femmes et de 38 % chez les hommes, âgés de moins de 50 ans ;
  • de 16 % chez les femmes et 26 % chez les hommes, âgés de plus de 50 ans.

Principal facteur de risque lié au mode de vie de rupture d'anévrismes cérébraux, le tabagisme agit à différents niveaux. En voici quelques exemples :

D'après l'agence sanitaire Santé publique France, plus 70 000 personnes meurent en raison du tabac chaque année, sans inclure la mortalité due au tabagisme passif. La Fédération Française de Cardiologie (FFC) conseille de ne jamais commencer à fumer.

les effets du tagagisme
ce qui se passe quand vous fumez.
la première cigarette

Comment agir ?

Parce que le tabac est première cause de mortalité évitable, la première étape est de consulter votre médecin et/ou de s'adresser à info tabac service.

Tabac info service Accueil Tabac-Info-Service.fr

Hypertension artérielle

Une hypertension chronique se révèle un facteur important pour les deux types d'AVC. Ainsi, une pression sanguine élevée peut favoriser :

  • un AVC ischémique par projection d'un caillot susceptible d'obturer un vaisseau ;
  • un AVC hémorragique par rupture de la paroi d'une artère ou d'un anévrisme.

Le cœur est un muscle à double fonction : une moitié récupère le sang désoxygéné des veines pour l'envoyer par l'artère pulmonaire vers les poumons dans lesquels il s'oxygène de nouveau. L'autre moitié du cœur propulse le sang oxygéné dans l'aorte qui le distribue aux artères irriguant le corps.

La mesure de la tension artérielle par un brassard est indiquée par deux nombres (exemple : 12 – 8), donc le premier désigne la pression artérielle systolique et le second, la pression artérielle diastolique.

Pression artérielle systolique
La projection du sang par le cœur génère une pression sur les parois des artères. Le premier nombre affiché donne la valeur la plus élevée obtenue lors de la mesure et doit être inférieur ou égal à 14 (en fait, 140 mmHg, car elle correspond à la pression exercée par une hauteur de 140 mm de mercure (seul métal liquide à température ambiante).

Pression artérielle diastolique
Pour remplir le cœur, le muscle cardiaque se relâche et, en l'absence de sang envoyé, la pression dans les artères diminue. Le second nombre affiché donne la valeur la plus basse obtenue et doit être inférieur ou égal à 9.

Une personne souffre d'hypertension artérielle (HTA) si :
  • la pression artérielle systolique est supérieure à 14 ;
  • et/ou la pression artérielle diastolique est supérieure à 9.

En cas d'hypertension artérielle, la présence d'un ou plus facteurs parmi les suivants augmente le risque d'AVC : âge, sexe, nature de l'hypertension (risque plus important pour une pression systolique), tabac, etc.

Comment agir ?
La première étape consiste à consulter un médecin.
Selon la gravité de l'hypertension, ce dernier pourra orienter le traitement selon deux axes :

  • une modification du mode d'alimentation et de vie (réduire sa consommation de sel, faire de l'exercice au moins trente minutes trois fois par semaine et perdre du poids avec une alimentation plus équilibrée ;
  • un traitement médical adapté.

l'hypertension

Circulations artérielle et veineuse du sangÉtude pratique du cœur et des vaisseaux de mammifères, par l'Académie de Lille, lycée Valentine Labbé, page 10

Système nerveux centralPourquoi la tension artérielle est le grand révélateur de votre état de santé, sur Le Figaro, Sciences & Environnement

Artériosclérose

Artériosclérose Définition de l'Artériosclérose sur Futura Santé

L'artériosclérose se traduit par un épaississement localisé de l'intimatunique interne de la paroi des artères par formation d'un amoncellement de tissu fibreux accompagné ou non de dépôts lipidiques (athérosclérose). Parallèlement, la média s'amincit et devient régulièrement le lieu d'une calcification (artériosclérose de Mönckebergtouchant les artères de petit et de moyen calibre et les personnes de plus de cinquante ans, cette sclérose de la média se caractérise par un dépôt de calcium sur cette tunique qui la rigidifie sans pour autant en rétrécir le calibre.), tandis que la limitante élastique interne disparaît.

Susceptible de toucher tout type d'artères dont les artérioles (artériolosclérose), l'artériosclérose peut se manifester dès l'âge adulte et s'aggraver plus rapidement chez des personnes souffrant d'hypertension artérielle ou de diabète.

En l'absence de dépôts lipidiques, l'artériosclérose est un processus naturel lié au vieillissement des tissus dont la principale conséquence réside dans sa scléroseperte d'élasticité, amoindrissant sa résistance mécanique. Elle représente une des causes d'hémorragie intraparenchymenteusedans le tissu cérébral par rupture d'une artère (2/3 des hémorragies cérébrales).

En conclusion, sans dépôts lipidiques, l'artériosclérose est une pathologieétude des causes et symptômes des maladies dégénérative de la paroi artérielle avec les conséquences éventuelles suivantes :

l'artériosclérose non athéromateuse

Athérosclérose

Selon la définition l'OMS, « L'athérosclérose est une association variable de remaniements de l'intima (paroi interne des artères de gros et moyen calibre consistant en une accumulation locale de lipidesgraisses, de glucidessucres complexes, de sang et de produits sanguins, de tissus fibreux et de dépôts calcaires ; le tout s'accompagnant de modifications de la media. » (1957).

Forme la plus courante d'artériosclérose, cette pathologie chronique débute à la suite d'une agression de l'endothéliumpartie de l'intima en contact avec le sang et se caractérise par la présence d'athéromesdépôts de lipides (graisses) dans l'intima. À un stade avancé, chaque athérome est recouvert par une plaque fibreuse (plaque athéromateuse), stable ou instable. L'apparition d'un état inflammatoire chronique participe au développement des plaques.

Touchant les artères de gros et moyen calibre et privilégiant les bifurcations ou les embranchements, cette affection atteint également certaines portions d'artères cérébrales (moyenne et antérieure), ainsi que les artères qui alimentent le cerveau (carotide et vertébrale).

Évolution de l'athérosclérose (coupe longitudinale) Site Vascular & Endovascular Surgeon (en anglais)

Évolution de l'athérosclérose (coupe transversale) Image de l'auteure Catherine Boullery

Coupe d'un vaisseau atteint par l'athérosclérose Image du site archivé du campus d'Anatomie pathologiquedu Collège Français des Pathologistes (Unf3s)

l'athérosclérose

Parmi les facteurs de risque sur lesquelles une personne ne peut pas agir, l'athérosclérose est favorisée par l'âge, le sexe (hommes plus touchés que les femmes), mais aussi une prédisposition génétique.
Parmi les facteurs sur lesquelles une personne peut agir, interviennent le diabète, l'hypertension artérielle et le taux de cholestérol dans le sang.
Son développement est nettement favorisé par le mode de vie (tabagisme, sédentarité, alimentation, consommation excessive d'alcool, etc.).

Cette altération de la paroi de l'intima peut provoquer :

À noter
Cette athérosclérose joue un rôle important dans le développement d'anévrismes intracrâniens fusiformes et de l'aorte abdominale.

Le cholestérol

Indispensable, le cholestérol fait partie des trois types de lipidesgraisses présents dans le corps avec les triglycérides et les phospholipides. Produit majoritairement par le foie, mais également absorbé dans l'alimentation, il circule dans le corps transporté par deux types de lipoprotéines selon un double circuit :

À savoir

Les valeurs attendues sont les suivantes :
  • cholestérol total < 2,00 g/L ;
  • cholestérol HDL> 0,40 (0,55) g/L ;
  • cholestérol LDL < entre 1,00 et 2,20 g/L ;
  • rapport (cholestérol total / cholestérol HDL) < 4,5.

La limite du taux de cholestérol LDL doit prendre en compte le nombre de facteurs de risque de la personne (tabagisme, hypertension artérielle, sédentarité, surpoids) et diminue quand ce nombre augmente.

Les stratégies d'intervention en fonction du risque cardiovasculaire global
et du taux du LDL- cholestérolsite de la cardiologie francophone
Risque cardio-vasculaire en % < 1,8 mmol/L
ou 0,70 g/L
≥ 1,8 et < 2,5 mmol/L
(0,70 et 1,00 g/L)
≥ 2,5 et < 4,0 mmol/L
(1,00 et 1,50 g/L)
≥ 4,0 et < 4,9 mmol/L
(1,55 et 1,90 g/L)
< 4,9 mmol/L
ou 1,90 g/L)
Faible
SCORE < 1 %
Aucune action Aucune action Intervention sur
le mode de vie
Intervention sur
le mode de vie
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Modéré
1 % ≤ SCORE < 1 %
Intervention sur
le mode de vie
Intervention sur
le mode de vie
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Élevé
5 % ≤ SCORE < 10 %Diabète sans facteur de RCV majeur ni atteinte d'organe cible
Insuffisance rénale modérée
Cholestérol total> 8 mmol/l (3,10 g/l)
Ex: Hypercholestérolémie familiale) HTA sévère (PA ≥ 180/110 mmHg
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament
Très élevé
SCORE ≥ 10 %Diabète avec au moins un facteur de RCV majeur ou atteinte d'organe cible
Insuffisance rénale chronique sévère
Maladie cardio-vasculaire documentée (prévention secondaire)
Intervention sur le mode de vie
et médicament si non contrôlé
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament
Intervention sur le mode de vie et
prescription immédiate d'un médicament

Grâce à des outils numériques, la HASHaute Autorité de la Santé recommande d'évaluer le risque de mortalité cardio-vasculaire à 10 ans en fonction du sexe, de l'âge (40 à 65 ans pour la prévention primaire), du statut tabagique, de la pression artérielle systolique et des concentrations de cholestérol total. Exemple d'outil : HeartScore.

le cholestérol.

Comment agir ?
Un médecin conseillera une personne sur les actions à mener.
Cependant, il apparaît logique de réduire l'apport en matières grasses de l'alimentation (préférer les cuissons à la vapeur, le poisson à la viande, et éviter les fritures), de favoriser la consommation de légumes et de fruits et de pratiquer une activité physique, car celle-ci augmente le taux de cholestérol de HDL.

la lutte contre le cholestérol.

Plaques athéromateuses
Les lésions évoluent selon une succession d'étapes qui peuvent être regroupées sous trois stades :

  • débutant : jusqu'à la formation de la strie lipidique ;
  • intermédiaire : jusqu'à la formation de la chape fibreuse ;
  • avancé : avec l'apparition de complications d'où la désignation de « lésion compliquée ».

Remarque
L'OMS propose quatre stades de gravité. Si les deux premiers stades sont identiques à ceux de la classification précédente, le dernier est divisé en deux catégories :

  • grade III : plaques ulcérées et nécrosées avec hémorragies ;
  • grade IV : plaques massivement calcifiées et ulcérées.

Étapes de formation de la plaque athéromateuse Article de Le Figaro.fr Santé sur Le traitement du cholestérol, une nécessité

Alcool

Si les mécanismes de l'action de l'alcool sur les artères sont encore mal définis, il n'en reste pas moins qu'une consommation excessive est un facteur de risque avéré en corrélation avec la quantité ingérée. Chez les femmes, à consommation identique, le risque est presque le double de celui des hommes.

les effets de l'alcool sur le système cardiovasculaire.
les effets de l'alcool sur la santé.
le contrôle de sa consommation.

numéro d'alcool info service numéro d'Alcool info service.fr (appel non surtaxé)

Prévenir la récidive

Dans le cas de la découverte d'un ou plusieurs anévrismes cérébraux, éviter une seconde hémorragie passe par la surveillance et/ou le traitement des anévrismes, le contrôle des traitements endovasculaires sur une durée suffisante.

Quelques autres articles du site

la circulation artérielle et les atteintes des territoires vasculaires

les anévrismes cérébraux

les symptômes de la rupture d'anévrisme

la rupture d'anévisme et l'hémorragie sous-arachnoïdienne

les témoignages sur la rupture d'anévrisme (victime ou proche)

la page d'accueil du site

Site sur les anévrismes cérébraux - Le contenu du site n'engage pas la responsabilité de son auteure ­- Consultez votre médecin
À propos ­- © Catherine Boullery